SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
10/04/2019

Jeunes en décrochage à Antibes: l'espoir par le travail en cuisine


Derrière le parking des Palmiers à Antibes-Juan-les-Pins (06), se trouve le bâtiment de la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Cet organisme, très peu connu du grand public, a pour objet la réinsertion sociale de jeunes en grande difficulté par la proposition de parcours professionnels adaptés. A quelques jours du grand concours "Parcours du Goût", Laurent Albanese, professeur de technique Hôtellerie Restauration en a ouvert les portes aux Nouvelles Gastronomiques Côte d’Azur et Monaco.



Un accompagnement sur-mesure

© Fabrice Roy
© Fabrice Roy
Chaque année, ce sont plusieurs milliers de mineurs sous main de justice qui sortent du système éducatif, qu’ils soient en rupture familiale ou en décrochage scolaire. La protection judiciaire de la jeunesse est une des directions du Ministère de la Justice qui a pour mission d’accompagner, éduquer et insérer les mineurs en conflit avec la loi. 9000 agents, en majorité des éducateurs, travaillent à la PJJ à l’échelle nationale et plus de 140 000 jeunes ont été pris en charge en 2017.

La PJJ est composée de plusieurs structures dont les unités éducatives d’activités de jour (UEAJ). L’unité d’Antibes accueille des mineurs (24 actuellement) issus de milieux très hétérogènes. Si la plupart est âgée de 15 à 18 ans, d’autres peuvent être encore plus jeunes. La majorité d’entre eux est sous mandat judiciaire, qu’ils attendent leur jugement ou qu’ils aient été jugés. Selon les situations, le passage par la PJJ peut avoir une influence positive sur le traitement de leur cas.

Un personnel dévoué conduit un programme adapté à chaque jeune, à travers des activités variées:
- Prévention routière
- Education physique et sportive
- Métiers et techniques du bâtiment
- Matières fondamentales telles que le français et les mathématiques.
- Initiation à la cuisine et au service

Tous au restaurant!

Laurent Albanese © Fabrice Roy
Laurent Albanese © Fabrice Roy
Laurent Albanese fait partie de cette équipe qui croit en ces jeunes. Titulaire d’un CAP cuisine, il a exercé dans des hôtels de prestige ainsi que sur des yachts privés. Après avoir passé quelques temps au Maroc comme consultant formateur il change d’horizon en 2009 et rejoint la PJJ.

La structure antiboise privilégie le secteur culinaire pour sa rigueur et son exigence. Comme le souligne Laurent Albanese, « ce sont les jeunes qui demandent à avoir des contraintes. Dans leur situation, ils ont besoin de cadre, de rythme, et sont satisfaits de voir le résultat de leurs efforts. »

Afin de mettre en pratique les enseignements reçus, la PJJ d’Antibes a créé un restaurant d’application « Les Palmiers ». Celui-ci est ouvert au public tous les jeudis pour le déjeuner sur réservation. Cet espace permet à la fois aux jeunes de se plonger dans l’adrénaline d’un service, mais aussi aux enseignants d’évaluer les domaines dans lesquels chacun excelle. On y trouve généralement deux choix d’entrées, de plats et de desserts. Le menu est concocté à l’avance par Laurent Albanese qui adapte la carte selon les produits disponibles sur le marché du mardi.


LIRE AUSSI







Facebook